NON à la disparition d’un équipement social qui fonctionne !

Oui, au contre-projet de l’Association CGL Fraternité et Egalité !

l’EPASA voudrait construire à 10 mètres des fenêtres de la résidence Fraternité un bâtiment pour équipement collectif sur les trois jardins situés au pied de l’immeuble. Ces jardins constituent déjà d’un équipement social qui fonctionne parfaitement sur trois niveaux :
1 – pour les enfants et leurs assistantes maternelles, 1 – pour les jeux des jeunes de moins de 15 ans et 1 – pour les personnes âgées.

L’ensemble développe naturellement au bénéfice de tous, les rencontres sociales et culturelles avec tous les habitants comme avec les acteurs associatifs et sociaux éducatifs présents oeuvrant sur ce quartier.

Les locataires signataires sont opposés au projet de l’EPASA qui les enclaverait gravement ! Au contraire, ils sont pour l’ouverture des jardins Fraternité sur le quartier en rénovation. C’est pourquoi, avec l’appui des Nanterriens qui défendent la « qualité de vie dans les quartiers », ils soutiennent le contre-projet de l’Association CGL des résidences Fraternité et Egalité qui réclame :

1) – De conserver intégralement la configuration actuelle de ces trois jardins et d’y placer juste en dessous un gymnase omnisport ouvert comme les jardins au bénéfice de tous les salariés et habitants du quartier.

2) – Suite à la démolition du parking anti-bruit boulevard de Pesaro ; de conserver en l’agrandissant du passage d’une voiture la tour de descente des parkings MP 8 et 9. Ceci pour la transformer en rampe d’accès et de sortie des véhicules, en procédant à la réouverture des parkings inutilisés enterrés construits par l’EPAD en 1975. Ils se trouvent sous l’aire de récréation sportive de l’école Maxime Gorki et sous le jardin partagé attenant au pied de l’immeuble Fraternité.

3) – De placer une tour de bureaux au dessus de la tour d’accès et de sortie des anciens parkings MP 8 et MP 9 (restés tous neufs et jamais utilisés) afin de rentabiliser l’opération par la vente des bureaux.

4) – Les locataires veulent également être associés avec leur association CGL à l’élaboration des projets de constructions d’EPASA sur le jardin Égalité (au pied de la résidence Égalité bd de Pesaro et rue S. Allende).

C’est pourquoi, avec l’appui des Nanterriens et des Français qui défendent la « qualité de vie dans les quartiers », ils soutiennent le contre-projet de leur Association CGL et signent la pétition qu’ils adressent aux responsables d’EPASA que sont : Monsieur Patrick JARRY Maire de Nanterre et Président de l’EPASA et Monsieur Patrick Devedjian succédant à Monsieur Nicolas SARKOZY, comme Représentant du Conseil Général 92 à l’EPASA.

Pour prendre connaissance du contre-projet de l’Association CGL Fraternité Égalité au format PDF cliquez ici.

Faîtes nous part de votre soutien en utilisant les commentaires ci-dessous.

Mode d’emploi : Cliquer sur « XX commentaires » ci-dessous. Aller tout en bas de la page. Sous « Leave a reply » (eh oui, en anglais !), taper votre nom dans la première boîte, votre adresse e-mail dans la seconde (ces deux indications sont obligatoire mais votre e-mail ne sera jamais publié), laisser vide la troisième et taper votre message dans la grande case. Pour finir, cliquer sur le bouton gris marqué « Submit comment » afin d’enregistrer votre texte. Merci de votre soutien.

46 Responses to NON à la disparition d’un équipement social qui fonctionne !

  1. Andy Funnell dit :

    Visiteur fréquent du quartier, ces jardins semblent être l’un des rares endroits non encore cédés à la culture automobile et à l’urbanisme bétonneur. J’ai eu le privilège de prendre connaissance du contre projet de l’association CGL et je le soutiens de tout coeur. La qualité de vie des habitants du quartier doit primer sur les plus values (contestables) du projet de l’EPASA.

  2. ESTELLE LE TOUZE dit :

    Conseillère municipale et administratrice de l’EPASA, je soutiens l’initiative lancée par les habitants du quartier du Croissant dans leur volonté constructive de préserver leurs espaces de vie sociale durement conquis sur l’univers anarchique bétonné qui constitue leur cadre de vie depuis les années 70. De ce point de vue, leur contre-projet, soigneusement étayé, tant sur le plan urbain, architectural qu’économique DOIT faire l’objet d’un véritable débat public de la part des acteurs publics localement concernés.

  3. Paul-Eric Mariaval dit :

    Visiteur coutumier de la résidence Fraternité, j’apprécie de traverser les jardins républicains qui semblent être des havres de communion et de partage au sein de ce quartier du croissant. Les gens s’y cotoient et échangent. Supprimer ces espaces de liberté et de partage irait à l’encontre de toutes les démarches sociales et démocratiques développées depuis toutes ces années. La vie de tout ce quartier deviendra plus riche encore de culture et d’humanité si les jardins persistent dans leurs formes externes et s’ils renferment en leur sous-sol ces complexes multisport et parkings sousterrains. Ceux-ci amèneront une nouvelle population à découvrir toute la générosité et la richesse culturelle de ce quartier. Je soutiens l’initiative lancée par l’Association CGL Fraternité-Égalité dans le développement de ce contre-projet.

  4. ACHOUR dit :

    Je soutiens de tout coeur l’association CGL Fraternité-Egalité dans le contre-projet qu’elle a développée. Merci de laisser aux habitants, mais aussi aux passants le plaisir de fréquenter ces jardins. Arretons de bétonner, pensons au cadre de vie des habitants et salariés aux relations sociales et culturelles. Les équipements sociaux ne doivent pas disparaitre, ils profitent à tous. Pour le quartier ce serait un désastre.

  5. santonja dit :

    bravo pour ce contre-projet parfaitement étudié et qui je le souhaite verra le jour.

  6. NDIAYE dit :

    Non au projet de l’Etablissement Public d’Aménagement Seine-Arche qui prévoit de construire sur trois jardins animés par les Associations du Quartier et par les habitants des Résidences Fraternité et Egalité.
    Nous nous battrons pour que vive le contre-projet qui permettra de rouvrir le parking enterré, construit par l’EPAD et inutilisé depuis 1975.
    Le contre-projet de l’Association CGL permet de construire une Tour de bureaux, d’enterrer un équipement sportif et de rouvrir un parking existant sans tuer la vie et l’animation qui se déroulent sur les trois niveaux de jardins au pied de l’Immeuble Fraternité. Pour les projets d’aménagement et de construction sur le jardin de la Résidence Egalité, les locataires et leur Association CGL doivent être préalablement consultés.

  7. JUTARD dit :

    Je suis signataire pour soutenir le contre projet présenté par la CGL.

    José JUTARD

  8. GEORGELIN dit :

    Aujourd’hui ou tout le monde parle de développement durable, là ou on demande à tous les industriels d’être « vert », de s’engager sur le développement de l’environnement !!! Qu’en est-il pour les projets d’architecture …
    Pour avoir suivi une construction entièrement HQE (haute qualité environnementale) n’existe t’il pas un engagement fort des partenaires communaux ? Pour le devenir et l’avenir de leur quartier…. et faire de leur IMAGE un projet vecteur …

    Il serait préférable de consulter cette association, la CGL, ses membres ont pris le temps de monter un dossier constructif pour l’avenir de leur quartier et de leur commune, vous ne pouvez pas rester indifférent !
    L’avenir qui marche est : « Construisons ensemble pour un avenir d’ensemble »

    Je soutiens cette démarche, collective, OBJECTIVE et formatrice pour le devenir et le développement des quartiers

  9. philippe boroukhoff dit :

    Le projet alternatif de la cgl est remarquable. Il serait juste que l’établissement public et au delà les pouvoirs publics concernés, s’en inspirent beaucoup plus.

  10. Laurent Bigot dit :

    Je soutiens à 100% le contre-projet de la CGL, c’est un travail remarquable et original, il peut et doit servir de référence dans le cadre d’aménagement urbain.

  11. Serge O'HANLON dit :

    Pour une fois qu’une équipe de résidents se prend en main pour défendre son cadre de vie en proposant un nouveau projet tenant compte des réalités économiqies ainsi que de la qualité de vie des habitants, il est impératif que ce projet soit soutenu et puisse être défendu devant les décideurs.

  12. Catherine dit :

    Des jardins qui disparaissent, des poubelles à 3 mètres des fenêtres. Je suppose qu’ils vont augmenter les loyers et les charges pour payer les travaux puis rendre les locataires responsables des odeurs !

  13. Janine VAILLANT dit :

    A 80 ans je sais la nécessité mais aussi le bonheur de pouvoir marcher dans des jardins en pleine ville . Tout ce qui pousse est un espoir de vie et surtout d’attention et de soins pour que rien ne manque à la nouvelle génération . Je soutiens l’association CGL Fraternité Egalité dans son contre projet.

  14. JP. chapeau-Le Sec'h dit :

    Je soutiens l’action de votre association à 100%. chez vous comme dans les autres cités, le fric passe avant le bien être des locataires.
    Vous êtes un exemple pour les autres associations de locataires.
    Continuez à faire entendre votre voix et si on ne vous entend pas criez plus fort…
    Fraternelles salutations

  15. MORLAT dit :

    je soutiens l’action de notre association à 100 %, visiblement les personnes qui font des projets n’habitent pas aux endroits où il veulent implanter leurs projets ! et ne se préoccupent absolument pas du confort des locataires, c’est totalement inadmissible.
    bon courage à ceux qui font partie de l’association

  16. LABONNE dit :

    HEUREUSEMENT que des personnes dévouées et attentives comme celles qui font partie de l’association existent parce que ceux qui font des projets et doivent habiter dans des zones privilégiées ne s’occupant que de faire du fric pourriraient la vie des habitants avec allégresse ; ils se tapent complètement que les locataires n’aient plus de soleil, plus de lumière, soient étouffés par des murs grimpant sous leur nez, et/ou soient indisposés par des odeurs de poubelle !
    merci de votre bénévolat
    fraternelles salutations

  17. Alain REYMBAUT dit :

    Ce contre-projet est remarquable !
    Tant sur le fond que sur la forme.
    L’évolution d’un quartier ne peut, ne doit se faire sans l’avis de ses habitants.
    D’aurtant plus si ces derniers ont le courage de prendre en main leur devenir, de travailler, de réfléchir à un projet sur lequel ils veulent débattre. Le tout au sein d’une association structurée, bien connue, ce qui permet de travailler sur la durée !
    Je ne peux que saluer ce travail, et lui apporter mon soutien.

    Bien cordialement,

    Alain REYMBAUT

  18. MENAGE Nicole dit :

    Bravo!! quel courage de mener ce contre projet
    je soutiens l’association dans ces démarches

    Mes salutations à tous

  19. Valerie GUEROUT dit :

    Responsable technique immobilier, également Chargée d’études urbaines, j’ai eu la chance de lire ce contre-projet qui a le triple mérite d’être viable, de répondre aux besoins des habitants en améliorant encore un peu plus un cadre de vie presqu’enviable d’une cité HLM perchée juste derrière le circulaire de La Défense, tout en répondant aux « grands méchants » impératifs économiques (bureaux, business et jolies voitures).
    Imaginez les rapports à venir entre « les bureaux » et « la cité défigurée » si l’autre projet, celui de l’EPASA, voit le jour… ce sera la cata !
    De plus ce contre-projet a le mérite de ne pas tout jeter du projet initial, mais d’en limiter largement les effets néfastes.
    Je soutiens ce contre-projet qui, je l’espère, verra le jour !

  20. Janine GIPPI dit :

    Bravo ! Mille fois bravo !
    Je suis l’heureuse grand-mère de deux petits parisiens et quel bonheur pour nous trois de nous promener dans les parcs et les jardins publics ! Ils ne doivent pas disparaître au contraire il faut les multiplier.
    Tenez bon, vous avez tout mon soutien.

    • NICOT Didier dit :

      Bravo pour ton engagement.

      C’est en surfant sur un site ,genre Amis d’antan
      que je me suis retrouvè face à un lointain passé en regardant des photos de G.FAURE datant de 1966.
      C’est tres impressionnant.

      Amitiés.

      D.NICOT

  21. Philippe PRAT dit :

    Aucune association de locataires ne peut accepter qu’ un « mur de béton », aujourd’hui située 55 mètres, soit demain construit à même des fenêtres d’appartements orientées au nord.
    Des alternatives d’aménagement de l’espace existent, et le contre-projet prénté en est l’exemple.
    Ainsi les aménageurs publics en imposant aux habitants de ce quartier, un projet qui dégrade leur cadre de vie, renient une fois de plus leur engagement de recourir aux principes de la démocratie locale pour fonder leurs décisions.
    Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Conseil Général, honorez vos engagements éléctoraux. Venez rencontrer l’expression des habitants du quartier du Croissant et débattre de propositions respecteuses de l’intérêt général.
    Ils vous attendent, ne les décevez pas.

  22. mourey dit :

    En ces temps de l’écologie ou l’on réclame de la verdure partout bravo pour votre résistance au béton continuez je vous soutiens à 100%

  23. GUERARD Jacky dit :

    En temps que bénévole engagé dans la vie associative en Ile de France, je soutiens le projet élaboré par les habitants du quartier du Croissant pour l’amélioration de leur environnement.
    Dans les projets d’urbanisme, il est toujours préférable de tenir compte du point de vue des habitants et de leurs regroupement collectifs et associatifs. C’est un gage de réussite pour mieux vivre ensemble.

  24. J.M. Depiesse dit :

    Bravo pour cette démarche qui repose sur un projet concret. Aux décideurs d’en tenir compte. S’ils sont intelligents, ils devraient le retenir.

  25. NGUYEN Anne dit :

    Je soutiens le projet de l’association des locataires du quartier du croissant.

  26. Evelyne DOZE dit :

    Bravo pour le travail et l’acharnement à vouloir conserver cette qualité de vie qui part comme peau de chagrin dans toutes ces villes de trop grande solitude ! Que laisserons nous à nos enfants et petits enfants, si l’herbe, les oiseaux et toute la nature disparaissent de leur lieu de vie ? Rien que du gris ? Laissons leur l’espoir et le sourire … Que les soit-disant Grands (décideurs) pensent un peu plus à ceux qui les regardent d’en bas, les enfants !

  27. larbi dit :

    Il n’est pas rare qu’une association de quartier ou un comité de riverain s’opposent à tel projet d’aménagement ou à tel autre. La réaction c’est de dire : « Bien, les gens se mobilisent pour refuser de subir, combien de temps ils vont tenir ».

    Aujourd’hui en prenant connaissance de la démarche de l’Association CGL Fratérnité et Egalité, je me dis : « le citoyen responsable existe! ».
    En effet, sous réserve de rentrer dans les détails de la faisabilité du contre projet, je vois que les personnes directement intéressées se mobilisent pour dire non d’une part et proposent de faire autrement. C’est une démarche tout ce qu’il y’a de positif et constructif.

    Ce projet doit faire l’objet de publication dans le moniteur, la Gazette, les Journaux nationaux… pour servir d’exemple car il en faut.

    Bravo !

  28. Marie-Paule Mariaval dit :

    Directrice d’école je peux témoigner que les cours de récréation manquent cruellement de verdure et d’espaces jeux. Quand une école a des pelouses les enseignants et les enfants s’engagent dans des projets de protection de l’environnement et respectent leurs engagements. Pourquoi supprimer des espaces verts devant des immeubles où tout le monde peut se retrouver, échanger et profiter du spectacle de la nature au fil des saisons ?
    Je soutiens le contre projet du CGL 92 Fraternité Egalité.

  29. Sylvain TANGUY dit :

    En 2006; alors que l’on nous parle de démocratie participative, de prise en compte de la parole citoyenne, de développement durable et j’en passe, des personnes persistent à faire semblant de ne rien entendre, à faire comme s’ils savaient mieux que tout le monde ce qui est bon pour les autres car ils détiennent le pouvoir et la connaissance. Cette façon de faire est digne du XIXeme siècle, elle est à contre courant de notre époque où dans tous les quartiers, l’on cherche à aérer l’espace, à redonner de la vie, à promouvoir le dialogue. Quand une alternative intelligente et étayée est proposée, les décideurs ne peuvent pas s’en désintéresser sous de faux prétextes avec toute la condescendance des « élites » savantes.
    Bon courage à tous
    Liberté Egalité Fraternité.

  30. Francoise Bergerat dit :

    Bravo pour votre initiative et votre contre-projet concret.
    J’espère que votre action permettra de sauver vos jardins, espaces de rencontres et de vie.
    Continuez à vous faire entendre.

  31. bourget francis dit :

    je soutiens totalement votre démarche pour maintenir un coin de verdure dans le secteur. Je considère que nos élus doivent prendre en considération votre projet alternatif.

  32. Depeige Fernand dit :

    Mais que veulent nos Élus??
    Des citoyens assistés ou des citoyens bénévoles et responsables ? Je connais ce quartier depuis plus de vingt ans et voila qu’une association fait des contre-propositions qui ont le mérite d’allier l’utile à l’agréable et qui de plus est,  satisfaire tous les citoyens du quartier, de l’environnement.
    Je ne puis que soutenir pleinement une initiative qui prend en compte les besoins de ses compatriotes dans la modernité des espaces.
    F. Depeige

  33. James BOKONGO dit :

    Je soutiens l’association dans son combat et pour le bien etre des habitants du quartier. Les décideurs politiques doivent prendre en compte l’avis de l’association, mieux placée pour sentir les véritables besoins de la population. Ce serait une faute de passer outre la demarche de l’association.

  34. LAFAY dit :

    Dans les années 60 j’ai habité Nanterre, c’était une barre d’immeuble que je crois existe toujours, et pas loin il y avait un bidonville! Depuis le paysage urbain de Nanterre a bien changé …
    Quand je vois le projet proposé par l’EPASA je suis révoltée, comment peut-on imaginer une telle aberration et détruire un environnement convivial et porteur de vie harmonieuse, c’est si rare de nos jours !
    Alors oui je soutiens le contre-projet de l’association CGL et le courage des locataires qui se battent pour préserver leur environnement multi-culturel et intergénérationel, la vrai vie dans la cité.
    Je vous souhaite à tous de gagner ce combat, le pot de terre n’est pas forcément celui auquel on pense !
    Fraternellement à vous.

  35. Rader chantal dit :

    À un moment où le développement durable et la concertation deviennent les maîtres mots du débat politique il est triste de constater qu’une fois encore les projets des aménageurs ne prennent pas en compte les besoins des habitants. Les aménageurs ont-ils peur de la concertation ?
    Par ce projet alternatif les habitants montrent qu’ils se sentent concernés par le devenir de leur quartier et qu’au lieu d’une opposition de principe, ils s’investissent dans une série de propositions qui prennent en compte les besoins du quartier dans un souci d’une meilleure insertion dans le bâti existant.
    Bravo pour le contre-projet qui s’inscrit dans une démarche dynamique et citoyenne.
    Bon courage à tous.

  36. Véronique Simoes dit :

    Je soutiens le projet de la CGL : ce quartier ne doit pas devenir une cité-dortoir. Il faut préserver les liens sociaux entre ses habitants. Ils doivent être les acteurs du réaménagement de leur cadre de vie.

  37. Michel MARTIAL dit :

    Je suis un postier chevroné ; les boîtes aux lettres des immeubles et la vie de leurs habitants, je connais vraiment.

    Eh ben, moin ka dit : ou pas besoin sorti en cuisse Jupiter pou ouais qu’ici a ces locatais a pas des moutons en face de l’aménageur EPASA qu’il est « un méchant loup » !

    Kon ces troua pitis cochons à ces locatais à, organisés co yo pou défendre doit yo intelligeamment.

    Je soutiens le contre-projet proposé par leur association CGL de défense des locataires qui respecte le cadre de vie des habitants et conserve les trois jardins qui leur permet d’y organiser des animations de rencontres culturelles diverses.

    TIEN BÈ RAIDE PAS MOLI !!!

  38. Lahutte dit :

    Un grand BRAVO à ce contre-projet et ses initiateurs. Une initiative qui devrait être suivi dans bien d’autres quartiers. Je vous soutient de tout coeur.

  39. BARRALIS Jacques dit :

    Dans le 92, comme dans les autres départements et régions de France, la démocratie c’est d’abord savoir écouter et ensuite prendre les bonnes décisions.
    Il faut que les élus entendent les demandes de l’Association CGL, gardons un peu d’espace de verdure, de vie et de convivialité pour tous.

  40. itoua claudia dit :

    Non au projet au projet d’aménagement, oui au contre projet de l’association CGL.
    La mixité fonctionne parfaitement dans ce quartier.

  41. Roger Kubler dit :

    ETONNANT, ABOUTI, REALISTE
    Le contre-projet de l’Association CGL est étonnant car il est le fruit de la réflexion des habitants qui avec aucun moyen ont élaboré un projet d’urbanisme complet.
    Il est abouti car il prend en compte toutes les facettes de la vie des habitants. Aucune problématique n’a été éludé. Il est basé sur la qualité de vie des résidents et le développement durable.
    Ce contre-projet est réaliste et réalisable économiquement par la création de bureaux et de places de parking qui peuvent être mis en location.
    Monsieur Patrick JARRY Maire de Nanterre et Président de l’EPASA, maître d’ouvrage du projet, ne peut être que hautement félicité s’il fait sien le contre-projet de l’Association CGL des immeubles Fraternité et Egalité.
    Roger Kubler, militant du logement social.

  42. susperregui marie-josé dit :

    QUEL PROJET !

    Je félicite tous les habitants de ce quartier qui on pris leur avenir, dans ces lieux, en mains.
    Vous redonnez du courage à tous ceux qui se bagarrent pour leur environnement et qui luttent avec leur bailleur respectif.

    J’espère de tout coeur que cela aboutira.
    Amicale pensées.

    Marie -jo adherente CGL64

  43. POZZI Nicole dit :

    Résidente depuis plus de 30 ans de FRATERNITE, je soutiens le contre-projet de l’Association CGL que je trouve très ingénieux . Il nous permettra, tout en laissant notre quartier évoluer, de conserver la qualité de vie qui a été créée grâce aux membres de notre Association CGL que nous nous devons de remercier fortement d’avoir su faire en sorte que chacun, jeune, adulte et vieux, trouve sa place agréablement dans notre communauté. Ne laissons pas démolir tout cela pour de nouveaux profits d’irresponsables qui en détruisant tout notre environnement mettront en péril tout notre quotidien. Bonne réalisation au contre-projet CGL.

  44. Loyau dit :

    Martine Loyau
    Résidente depuis un an et demi à la Résidence du Parc
    Je pense qu’il faut conserver cet espace.
    Les jeunes et les enfants y évoluent et y jouent, c’est un espace de rencontre aussi entre les générations.
    C’est la vie de notre cité.
    Je soutient le contre-projet de la Confédération Générale du Logement (CgL).

  45. Dominique dit :

    Bravo à la CGL92 Fraternité Egalité pour cette contreproposition qui conjugue humanisme et réalisme. Habitante du quartier, j’espère qu’elle convaincra les décideurs et que le bon sens aura le dernier mot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :