Réponse municipale à notre appel au secours pour remplacer nos médecins à la retraite.

.

Messieurs,

J’ai bien reçu votre courriel concernant la fermeture prochaine du cabinet de médecins généralistes du 62 boulevard Pesaro. Les docteurs Rey et Roussef m’ont confirmé qu’ils faisaient valoir leurs droits à la retraite à compter du 1er janvier prochain.

Ils m’ont également confirmé avoir longtemps cherché des successeurs, sans succès malgré les aides prévues par l’ARS. C’est la mort dans l’âme, et avec une certaine colère à l’encontre de leurs jeunes confrères, qu’ils laissent 3000 patients sans médecin traitant.

Cette situation déplorable est la conséquence de multiples facteurs.

Tout d’abord et en premier lieu, nous payons encore la baisse du numerus clausus décidée dans les années 80 et 90, qui a fait passer le nombre d’étudiants admis aux études de médecine de 8671 en 1977 à 3576 en 1997. Il s’agissait, pour les différents gouvernements qui ont mis en œuvre cette baisse, de réduire les dépenses de santé en réduisant l’offre de soins, comme si le fait de tomber malade dépendait de la présence d’un médecin à proximité.

Le numerus clausus a augmenté depuis cette date pour atteindre 8205 en 2018, mais du fait de la durée des études de médecine, les résultats de cette hausse mettront du temps à se diffuser sur tout le territoire.

Autre facteur, la France reste encore trop attachée à la médecine libérale et à son corollaire, la liberté d’installation des médecins. Pourtant, c’est bien la collectivité qui finance les études des futurs médecins et qui garantit, via l’assurance-maladie, la solvabilité de leurs patients. Mais aucun gouvernement n’a eu le courage d’exiger des nouveaux médecins, en contrepartie, qu’ils exercent pendant quelques années au moins dans les territoires les moins pourvus.

Enfin, il est indéniable que le quartier du Parc souffre d’une image très dégradée qui contribue à dissuader les médecins d’y ouvrir leur cabinet. C’est d’ailleurs pour changer cette image et introduire plus de mixité sociale dans le quartier que la municipalité a mené de nombreux travaux de réaménagement et initié une vaste concertation sur l’avenir des tours Aillaud. 

En attendant que ces efforts portent leurs fruits, que peut-on faire pour permettre aux habitants du quartier de se soigner ?

Historiquement, Nanterre investit depuis longtemps dans la santé de ses concitoyens, bien que la santé ne soit pas une compétence municipale. Aujourd’hui, la Ville consacre ainsi X millions par an pour promouvoir l’accès aux soins pour tous, dans un contexte budgétaire difficile.

L’accès aux soins pour tous passe d’abord par le soutien à la médecine libérale, en facilitant l’installation de médecins libéraux. La Ville accompagne ainsi tous les médecins qui souhaitent s’installer à Nanterre, ce qui a notamment permis l’installation du Médipole dans le quartier Université ou d’une maison de santé sur l’avenue Clémenceau.

Mais l’impossibilité des docteurs Rey et Roussef à trouver un successeur montre que le soutien à la médecine libérale ne saurait suffire pour lutter contre la désertification médicale. C’est la raison pour laquelle 3 centres municipaux de santé existent sur le territoire de la ville, dont celui du Parc.

Les centres de santé municipaux proposent, aux tarifs conventionnés de secteur 1, c’est-à-dire sans dépassement d’honoraires, des consultations de médecine générale et de spécialistes. Ils peuvent également être considérés comme médecins-traitants. Le centre municipal de santé du Parc propose des consultations de médecine générale et la Ville étudie la possibilité d’y ouvrir des consultations supplémentaires. 

Tels sont, messieurs, les actions menées par la municipalité pour faire face à la pénurie de médecins dans le quartier du Parc, alors même, encore une fois, qu’il ne s’agit pas d’une compétence communale et que l’Etat s’emploie à rogner les moyens de la Ville.

Veuillez recevoir, Messieurs, l’assurance de ma considération distinguée.

Habiba BIGDADE

Adjointe au maire de Nanterre, déléguée à la santé et aux politiques prévention santé.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :