Jean-Jacques GOLDMAN chante « MERCI ! » en hommage aux soignants et autres courageux qui travaillent pour nous pendant le confinement du « Virus couronné » dit : Coronarusvirus ou COVID 19

28 mars 2020

.

Pour voir et écouter Jean-Jacques GOLDMAN ;

cliquez sur le lien suivant :

https://youtu.be/7fHSenU7t-M

ou directement sur la flèche :

.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Monsieur Damien VANOVERSCHELDE nous communique

26 mars 2020

.

Mesdames, Messieurs,

Chers Administrateurs,

 

Pour votre bonne information, je vous transmets ci-dessous le nouveau mail que j’ai adressé ce jour à tous les collaborateurs de l’Office.

Je sais pouvoir compter sur votre soutien pour relayer ces informations si besoin et me tiens à votre disposition pour toute question concernant cette organisation durant cette période.

 

Surtout, prenez bien soin de vous et de vos proches.

 

Bien à vous,

Damien VANOVERSCHELDE

Directeur général

Hauts-de-Seine Habitat – OPH

.

Ici les EPI sont des ÉQUIPEMENTS de PROTECTION INDIVIDUELLE

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


EMMAÜS 92 nous communique

26 mars 2020

COMMUNIQUÉ

d’Emmaüs 92 à Nanterre

 

Depuis la mise en œuvre des consignes sanitaires

Le site Emmaüs 92 – Nanterre a fermé ses portes.

C’est dans l’unique volonté de faire barrage au virus

que nous avons pris cette douloureuse décision.

Cliquez sur ce point vert ici :

  .

.

Les salariés en insertion sont à ce jour et jusqu’à nouvel ordre en Chômage partiel ou arrêt maladie (garde d’enfants) & tous voient leur salaire maintenu à 100% grâce à l’engagement de l’association. Information confirmée dans une note interne du Président de l’association AEPBN :  Mr Alain CAPMAS.

Les compagnes et compagnons sont à la communauté elle-même fermée et organise le soutien des plus fragiles dans nos murs, 12O compagnons entre Bougival et Chatou, mais aussi appliquent les normes renforcées d’hygiène.

Actuellement l’équipe de permanents, est en télé travail et maintient pour chaque membre du collectif l’accompagnement : appel quotidiens, animation d’un groupe WhatsApp, démarches administratives à distance, soutien aux problématiques individuelles parfois amplifiées par le confinement.

Nous sommes conscients que les besoins d’aide vont bientôt dépasser l’effectif du collectif et commençons d’ores et déjà à réfléchir, à la mise en œuvre de soutien et d’aide qui vont apparaitre indispensable.

Si vous avez des besoins, des idées, n’hésitez à nous contacter

Aujourd’hui protéger l’autre c’est rester chez soi ….

Prenez son de vous

L’équipe Emmaüs 92 de Nanterre

Nous contacter : Tel : 06 18 38 68 14 – sabine.emmaus92@gmail.com

.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Les partenaires sociaux d’Action Logement nous communiquent

23 mars 2020

.

Communication des partenaires sociaux d’Action logement

 

La crise sanitaire que nous connaissons a des conséquences économiques et sociales importantes sur les entreprises, en particulier les TPE/PME avec des conséquences directes sur les emplois des salariés. Dans ce contexte difficile pour tous, les partenaires sociaux réunis au sein d’Action Logement Groupe ont décidé des mesures fortes suivantes.

1 –      Mobilisation des aides et services d’Action Logement au profit de l’accompagnement des entreprises, des locataires et accédants à la propriété qui connaîtraient des difficultés financières sur la période, eu égard à la mise en place du chômage partiel ou autres dispositifs (baisse de revenus, décalage dans la perception des indemnités).

– Il est demandé aux ESH et sociétés de logement intermédiaire du Groupe (inli, AFL…) de mettre en place une cellule  d’appui aux locataires afin   d’étudier toutes mesures  financières de nature à répondre à une situation d’impayés du fait de cette crise sanitaire.

– Les dispositifs d’aide existants pour aider les salariés du parc locatif privé et social devront être activés dans toute leur puissance pour répondre aux difficultés rencontrées pour le règlement des loyers des mois à venir à partir d’avril en cas de chômage partiel imposé par la crise : dispositif d’allègement temporaire de quittance, simplification du recouvrement des aides versées au titre de VISALE recours accru aux aides » soli’al »

-Mieux sécuriser et accompagner les salariés logés en résidences mobilité, ainsi qu’en résidence sociale ou habitat jeunes.

2 –         Dans le cadre d’un dialogue social constructif, il est demandé à l’ensemble des entités du groupe (AL et filiales) de poursuivre et d’intensifier le développement du télétravail partout où c’est possible ; les salariés ayant une nécessité de présence physique et en premier lieu les gardiens d’immeubles doivent faire l’objet de mesures drastiques de protection sanitaire individuelles ainsi que collectives dans leur intérêt et celui des locataires.

Action Logement s’engage à maintenir l’intégralité de la rémunération de tous les salariés du Groupe pendant la durée de la première période de confinement de 15 jours, initiée le 17 mars. Les partenaires sociaux réexamineront leur position en fonction des évolutions de la situation.

3 –         Au-delà du paiement accéléré des factures pour les TPE/PME prestataires, il est demandé aux ESH du Groupe et à In’Li d’étudier la situation particulière des TPE/PME locataires en proposant des délais de paiement ou des remises de dette afin d’amortir les baisses de trésorerie.

Action Logement entend assumer ses responsabilités dans la période, cela passe par le soutien apporté aux salariés les plus durement touchés et aux entreprises présentes sur l’ensemble des territoires et qui doivent s’adapter à cette situation exceptionnelle.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)

 


Une concertation sur l’aménagement des locaux poubelles à la résidence Fraternité

21 mars 2020

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Lorsque les locataires du 54, Bd de Pesaro de la résidence Fraternité ont été avertis par Monsieur Tarik BOUKHALFA que l’ancienne loge des gardiens devait être transformée en local  à poubelles, ils ont immédiatement réagi en rédigeant une pétition de protestation qui a été signée par tous les locataires du 54 et du 52 Bd de Pesaro.

 En effet, avoir une fois de plus, la perspective de se retrouver (comme au 62, Bd de Pesaro), avec sa porte d’entrée entravée par des dépôts sauvages d’ordures ménagères abandonnées au sol par des locataires manquant de civisme. Ce qui en plus d’empuanter l’air des émanations de gaz  des déchets en décomposition, se transformera en un vaste garde-manger qui attirera des grosses bandes de rats, qui grimperont par les escaliers dans les étages, jusqu’aux portes d’entrée des logements.

Toutes ces perspectives n’ont rien qui  puisse réjouir les locataires …

Aussi, Messieurs Mohammed SELMET (Directeur de la Direction de Proximité de Nanterre de HDS Habitat – OPH, et son adjoint Monsieur Michaël GIRARD, ainsi que Monsieur Tarik BOUKHALFA responsable du secteur de la résidence Fraternité, ont conviés les signataires et notre association CGL à une réunion d’information et de concertation, le 4 mars 2020, sur le réaménagement des locaux poubelles.

C’est ce que nous demandions depuis des années (relire nos articles sur notre bloc-notes informatique) : https://frategal.wordpress.com/

Quel est le contexte ?

Suite au réaménagement urbain, HDS-Habitat – OPH, ne sera bientôt plus propriétaire que du périmètre au sol de l’implantation de ses deux résidences, avec en plus la servitude d’un tour d’échelle. C’est-à-dire l’espace nécessaire pour poser au sol une échelle sur le mur pour grimper sur le toit ; soit moins de 2 mètres. Et tout  le reste autour des résidences (circulation réservée aux pompiers et les espaces verts), sera la propriété et placé sous la responsabilité de la Mairie de Nanterre.

Partout en France, plus particulièrement en Île-de-France, notamment à Nanterre, nous constatons que les populations de rats sont en augmentation exponentielle. A tel point, que chaque campagne de dératisation devant les éradiquer, ne fait que les diminuer un peu en nombre, seulement pour un court moment.

Or, nous savons de longue date qu’il n’existe qu’un seul moyen efficace de diminuer drastiquement leur prolifération : c’est de cesser de les nourrir !

Comment ? En leur rendant impossible l’accès à nos poubelles. Ils ont déjà percé le fond de nos grosses bennes à ordures en plastique. Ainsi, ils ont accès à leurs repas en pénétrant par le fond des conteneurs. Mais surtout, ils se régalent du contenu de tous ces sacs plastiques et ces déchets que les locataires inciviles posent par terre à côté des bennes à ordures.

A cela s’ajoute, tous les déchets que certains irresponsables jettent par les fenêtres !

L’amende pour abandon d’ordures est de 68 €, à la condition de payer immédiatement ou dans les 45 jours suivant le constat d’infraction (ou l’envoi de l’avis d’infraction), ou de 180 €, si les 68 € ne sont pas payés dans le délai de 45 jours depuis le18 février 2020.

Légalement, nourrir les pigeons sur la voie publique avec du pain ou des graines est passible d’une amende comprise entre 35 et 450 euros (article 120 du règlement sanitaire départemental) depuis le 9 mai 2013. Pourquoi ? Parce que cela attire des bataillons de rats qui deviennent ensuite indélogeables !

Le Conseil Général des Hauts-de-Seine et la Mairie de Nanterre dépensent tour à tour des fortunes tous les trimestres dans des opérations de dératisations avec des résultats, ni visibles, ni définitifs, tant qu’ils ne s’en prennent pas à la racine du problème : ne plus nourrir les rats !

C’est bien l’intention de la Mairie de Nanterre qui entend interdire l’installation des dépôts de poubelles en extérieur. Et obliger les offices à les remettre à l’intérieur des immeubles, en interdisant l’accès aux rats par la pose de sas basculants au-dessus de conteneurs, sur des portes solides et bien hermétiquement fermées des locaux poubelles.

Ce qui a parfaitement démontré son efficacité aux pieds des Tours Nuages.

C’est pourquoi, la Mairie de Nanterre exige que  HDS Habitat supprime rapidement, tous ses locaux poubelles logés à l’extérieur de nos résidences. Nous nous en réjouissons.

Cependant, nous exigeons la création d’un service de type « garde champêtre » payé et par le Conseil Général, et par la Mairie de Nanterre, pour mettre des contraventions légales aux contrevenants qui s’amusent au détriment de l’hygiène et de la sécurité, à continuer à nourrir les pigeons et les rats en dehors des conteneurs à poubelles, comme en jetant leurs déchets par les fenêtres  !

Un rappel est nécessaire :

 

Pourquoi, notre bailleur a-t-il été obligé de mettre les conteneurs des poubelles de nos deux résidences à l’extérieur des immeubles ?

Ce qui, à cause du mauvais comportement de certains locataires, nous attire prolifération des populations de rats, insalubrité et mauvaises odeurs générées par des émanations de gaz provenant des déchets en décomposition, puis en putréfaction, surtout l’été en plein soleil.

Parce que, quand ils étaient placés dans des locaux au rez-de-chaussée, dans l’immeuble ; régulièrement, des irresponsables s’amusaient à y mettre le feu, au risque de mettre le feu à tout l’immeuble !

Désormais, ces locaux sont équipés de gicleurs d’eau automatiques de sécurité, placés au plafond. Ils se déclenchent pour éteindre les incendies, lorsque leurs capteurs décèlent la moindre fumée.

Lors de cette réunion du 4 mars 2020, les responsables de la Direction de Proximité  de Nanterre de HDS Habitat, ont indiqué qu’ils étaient heureux d’ouvrir avec les locataires présents une concertation afin de trouver ensemble la meilleure solution pour aménager le local des poubelles au 54, BD de Pesaro. Cela pourra servir de modèle pour les autres locaux de la résidence.

Un nouveau rendez-vous se tiendra dans environ deux ou trois mois (si le coronavirus nous le permet), qui fera le bilan des propositions apportées par chacun pour résoudre au mieux ce problème d’aménagement.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Nouvelles Dispositions COVID-19 jusqu’à nouvel ordre par la Direction générale de HDS Habitat – OPH

16 mars 2020

.

Mesdames, Messieurs,

Chers Administrateurs,

 

Pour votre bonne information, je vous transmets ci-dessous le mail que j’ai adressé ce jour à tous les collaborateurs de l’Office.

Je sais pouvoir compter sur votre soutien pour relayer ces informations si besoin et me tiens à votre disposition pour toute question concernant cette organisation durant cette période troublée.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Bien à vous,

Damien VANOVERSCHELDE

Directeur général

Hauts-de-Seine Habitat – OPH

.

Bonjour à Tous,

 

En raison de l’aggravation de l’épidémie de coronavirus, je suis amené à prendre de nouvelles mesures conservatoires à partir de ce jour et jusqu’à nouvel ordre.

 

I – MOBILISATION : Seule une mobilisation citoyenne massive peut permettre de réduire le pic de l’épidémie. Il est donc de notre responsabilité d’acteurs publics de respecter le confinement et de faire prendre conscience à nos proches de cette impérieuse nécessité.

Vous devez adopter les gestes barrières :

  • se laver les mains à l’eau et au savon une fois par heure,
  • se couvrir le nez et la bouche quand on tousse ou éternue,
  • se moucher dans un mouchoir à usage unique,
  • éviter de se toucher le visage, en particulier le nez et la bouche.
  • Maintenez une distance d’un mètre entre deux personnes.

II – SERVICE MINIMUM :  Compte tenu de notre mission de service public, il convient, à ce stade, de maintenir :

  • les missions sanitaires, de gardiennage et de sécurité au service de nos locataires,
  • notre présence continue auprès des résidents des résidences autonomie,
  • le paiement des salaires et des fournisseurs,
  • le quittancement et l’encaissement des loyers,
  • les attributions de logements en urgence.

La propreté des parties communes et la gestion des ordures ménagères restent essentielles. Le nettoyage régulier et l’hygiène des locaux et des surfaces sensibles (poignées de portes, boutons électriques, digicodes, boites aux lettres…) doivent être renforcés. L’approvisionnement en produits d’entretien et en équipements de protection individuelle doit être maintenu autant que possible, en fonction des pénuries constatées. (A titre d’exemple, il n’y a plus de masques, combinaisons ou gants… même pour les personnels soignants).

Pour les personnels de service, nous appliquerons la logique du « service fait, service fini », ce qui leur permettra de réduire si possible leur temps de présence sur les sites, dès lors que les prestations attendues sont réalisées.

Une fois les missions sanitaires de service public accomplies, les gardiens sont autorisés à réaliser leur accueil téléphonique et leurs activités en télétravail (pour ceux qui le peuvent) depuis leur domicile.

Lors des appels téléphoniques ou demandes d’intervention reçus, il faut :

  • limiter les accès dans les logements occupés aux seuls cas d’urgence au titre de la sécurité des biens et des personnes,
  • Informer nos locataires du report du traitement de toutes les interventions non urgentes, en raison des mesures sanitaires,
  • Inciter la prise et l’envoi de photos par le locataire pour identifier le degré d’urgence.

L’organisation des astreintes est maintenue. Les interventions d’urgence chez les locataires et dans les parties communes, pour les gardiens et les responsables de secteur, doivent être strictement limitées à la sécurité des biens et des personnes et nécessitent le port des EPI.

Tous les accueils et loges resteront fermés à l’accueil physique des locataires. L’accueil téléphonique par les gardiens et personnels d’astreinte est maintenu. Mais les accueils téléphoniques en DDP, DT et au siège sont suspendus. Un message renvoyant vers le gardien ou l’astreinte sera diffusé. Un affichage doit être fait sur chaque local d’accueil précisant la conduite à tenir. Des affiches seront diffusées dès ce jour.

Il est demandé à chaque encadrant d’avoir, une à deux fois par jour ouvré, un contact téléphonique avec chacun de ses collaborateurs afin d’assurer la continuité du service.

III – TELETRAVAIL OBLIGATOIRE : Toutes les autres missions et fonctions qui peuvent l’être doivent être réalisées en télétravail.

Il s’agit d’un télétravail dérogatoire et obligatoire pour circonstances exceptionnelles , c’est-à-dire ne nécessitant pas de transmission du formulaire dédié.

Si votre poste est éligible au télétravail et que vous disposez du matériel nécessaire (équipement de l’Office ou personnel) : vous organisez votre activité en télétravail avec votre encadrant et badgez dans KELIO en « télétravail ». Il vous sera décompté le temps d’une journée classique de travail. La durée du télétravail est de 100% du temps de travail, sous réserve des contraintes liées à la continuité de service.

Si votre poste est éligible mais que vous ne disposez pas du matériel (à titre professionnel ou personnel) vous permettant d’exercer en télétravail, vous restez à votre domicile en autorisation d’absence exceptionnelle, sauf consignes différentes de votre hiérarchie, dans le cadre de la continuité de service, vous demeurez à disposition de l’Office et restez joignables. (assurer le transfert téléphonique conformément à la procédure transmise par M. MARCHI, et transmettre leurs coordonnées téléphoniques.)

Les fonctions indispensables à la continuité de l’Office ont été identifiées durant les semaines passées et les collaborateurs qui en avaient besoin ont été dotés d’ordinateurs portables.

Ceux qui disposent d’un ordinateur personnel peuvent accéder aux ressources de l’Office via la procédure envoyée par M. MARCHI vendredi dernier.

Tous les personnels disposant d’un ordinateur portable doivent l’emporter à domicile, dès ce jour.

Toutes les réunions et rendez-vous sont reportés, ou bien les réaliser en visioconférence (via TEAMS sur Office 365, par exemple). Les formations internes et externes sont reportées à une date ultérieure. La Campagne des EPA sera prolongée du temps nécessaire et il est possible de faire les entretiens par visioconférence.

IV – CONFINEMENT : En dehors des personnels des Résidences séniors, des gardiens et personnels d’entretien, les personnels doivent rester à domicile, qu’ils soient en télétravail ou non.

Si vous ne pouvez pas télétravailler parce que vous n’avez pas l’équipement nécessaire et que votre hiérarchie ne vous a pas précisé que vos fonctions devaient impérativement être maintenues, vous devez rester confiné chez vous et prévenir votre hiérarchie. Il s’agit d’une mesure d’autorisation d’absence exceptionnelle

Tous les alternants, qu’ils puissent accéder au télétravail ou non doivent rester à leur domicile.

Les collaborateurs qui présentent des pathologies ou sont considérés comme étant fragile sont invités à rester chez eux et à obtenir un arrêt de travail auprès de leur médecin. Dans le cas où ils sont éligibles au télétravail, ils peuvent en bénéficier.

Les arrêts de travail ainsi que les attestations sur l’honneur de garde d’enfants doivent être transmis sans délai à votre gestionnaire RH dont vous trouverez l’adresse mail dans le document joint en fonction de votre direction d’appartenance.

 

V – POUR CONCLURE : Je vous remercie de rester confinés le plus possible pour limiter encore la propagation du virus.

Nous partons sur une durée de crise longue et d’une gravité sans précédent. Notre mission de service public exige que nous soyons prêts à nous adapter et nous rendre disponibles.

Je vous demande donc de rester en contact régulier, par téléphone ou par messagerie, avec votre hiérarchie qui répondra à vos questions et vous transmettra toutes nouvelles consignes.

Si vous recevez ce mail en dehors de vos heures de travail ou pendant vos congés, vous n’avez pas à y répondre immédiatement, sauf en cas d’urgence exceptionnelle. 

Damien VANOVERSCHELDE

Directeur général

Hauts-de-Seine Habitat – OPH

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Permis de démolir le parking MP8 et périmètre de la palissade du chantier

10 mars 2020

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 8 mars 2020 est affiché sur le mur du parking MP8 le permis de sa démolition, et des premiers poteaux sont plantés au périmètre du chantier pour tenir la future palissade.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)