Résolution d’un problème d’ascenseur au 64, Bd de Pesaro et gratitude de Monsieur Frédéric GERMAIN

3 août 2018

.

Bonjour, Messieurs Mohamed SELMET et Alain NIGON.

 

 Comme vous pourrez le constater avec le message que nous vous joignons ici :

Au 64, Bd de Pesaro de la résidence Fraternité les locataires nous signalent que monsieur Frédéric GERMAIN qui est aveugle,  est souvent bloqué chez lui parce qu’il ne peut pas utiliser librement les deux ascenseurs du 4ème étage ; comme nous l’explique Madame Nicole POZZI :

« Merci pour ces informations monsieur Laîné.

Je vous signale qu’au 64 bd de Pesaro le petit ascenseur ne s’arrête pas au 4eme étage,

le bouton du 4eme y a été remplacé mais ne fonctionne pas, et ce depuis qu’il a été remis il y a 2 mois ! Les locataires du 4eme sont de ce fait obligés d’attendre que le grand ascenseur arrive et cela prend parfois fort longtemps.

 Je vous signale qu’un monsieur aveugle loge au 4eme et se déplace souvent seul, ce problème de bouton du 4eme lui complique beaucoup la vie.

 Bien cordialement.

Nicole POZZI.

64 _ Fraternité »

Pourquoi OTIS ne réagit pas aux réclamations des locataires ?

Lorsqu’un bouton de commande d’accès aux étages de l’ascenseur ne fonctionne pas ; se contenter de boucher l’emplacement du bouton absent, ne règle pas la situation de manière positive la vie des locataires.

Ces derniers ont le sentiment qu’au lieu de remettre en fonction un bouton d’ascenseur, on s’est débarrassé du problème en le masquant.

Les locataires du 64, Bd de Pesaro, sont énervés et en colère face à cette situation qu’ils vivent comme une ironie qu’on leur fait subir depuis 2 mois !

Ils se demandent combien de temps cela va-t-il encore durer ?

On leur aurait répondu :  » Ce n’est pas prioritaire, puisque l’autre ascenseur fonctionne :  où serait donc le problème ? »

Le problème se retrouve sur la situation invivable que l’on fait vivre à Monsieur GERMAIN, et les autres locataires de cet étage, notamment lorsque le grand ascenseur est en panne, ils ne peuvent alors plus utiliser l’autre !

Et monter  et descendre par un escalier de secours, sont des épreuves insurmontables pour un aveugle  non accompagné !

Nous ne doutons pas, que vous aurez à cœur de faire cesser cette injustice au plus vite.

Bien cordialement.

Christian-Paul   LAÎNÉ

 

 Réponse et intervention de Monsieur Mohamed SELMET

  

Bonjour, Monsieur Bruno  PINSON,

Pour votre bonne et parfaite information.

Par avance, je vous remercie de votre action auprès de OTIS.

Cordialement.

Mohamed SELMET

Directeur de proximité

Hauts-de-Seine Habitat

 

Résultat :

Le bouton de l’ascenseur du petit ascenseur du 64 Boulevard de Pesaro

pour accéder au 4ème étage,

fonctionne de nouveau.

 

Monsieur Frédéric GERMAIN exprime

à tous ceux qui sont intervenus pour le délivrer de son enfer,

sa profonde gratitude.

 

Christian-Paul   LAÎNÉ

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)

.


Le week-end, certains se déchargent lâchement de leurs détritus autour des poubelles, pour mieux nourrir les rats du 62 au 64, Bd de Pesaro

2 août 2018

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Du lundi matin au vendredi midi, les gardiens et l’agent chargé du nettoyage des espaces verts autour de la résidence Fraternité, entretiennent consciencieusement, avec les moyens professionnels dont ils disposent l’espace des poubelles qui se situent en face des 62 et  64, Boulevard de Pesaro à Nanterre.

Pourtant, comme vous pouvez le constater sur ces photos témoins, certains locataires se déchargent lâchement de leurs déchets autour des poubelles extérieures du vendredi après midi au dimanche soir.

Avec le soleil chauffant ; cela déclenche des émanations de gaz avec des odeurs de puanteur de détritus en décomposition. Ce sont les mêmes phénomènes nocifs que nous dénonçons autour de toutes les collectes extérieures des poubelles situées autour et aux pieds de la résidence Fraternité.

Ici, encore, les locataires logeant au dessus de ces poubelles ont du mal à respirer normalement. Ils doivent vivre toute l’année en gardant leurs fenêtres fermées. Dès lors, cela devient irrespirable pour les locataires du printemps à l’automne. Des locataires qui habitent au deuxième étage, nous indiquent que l’été, ils n’osent plus ouvrir leur fenêtres pour aérer leur chambre, car  ensuite, lorsqu’ils les referment, la puanteur des poubelles s’est imprégnée dans leur chambre.

Pour nous, il s’agit de régler une situation d’insalubrité publique qui devrait être traitée en urgence. Hélas, comme nous vous l’avons indiqué précédemment, nos alertes et réclamations n’ont réussies qu’à améliorer légèrement la situation en permettant un meilleur entretient, sans régler définitivement les problèmes.

Nous vous rappelons nos demandes :

  • Comme cela se pratique de plus en plus dans les Offices de HLM, assermenter les inspecteurs de HDS Habitat pour distribuer des PV à ceux qui pourrissent les alentours des lieux de collecte des poubelles.
  • A l’occasion d’un prochain renouvellement urbain nous demandons la construction d’édicules fermés.
  • En attendant, rouvrir les anciens locaux poubelles aux pieds de la résidence Fraternité, avec des portes fermées dotées de trappes à bascules pour verser au-dessus des conteneurs les poubelles des locataires. Il faut que ces locaux soient sécurisés contre les incendies par des buses déclenchant des pulvérisation d’eau dès un début de feu.

Nous ne doutons pas qu’après la réalisation de ces mesures, tout ne sera sans doute pas parfait, mais nous pensons que cela pourrait améliorer considérablement l’air respirable des locataires tout en tenant à distance la foule des rats du quartier.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)

.

 


Entretien des ascenseurs à la résidence Fraternité

2 août 2018

.

Bonjour, Messieurs, Mohamed SELMET,

Alain NIGON,

Michael GIRARD.

 

Nous vous faisons ici suivre une réclamation des locataires du 52, Boulevard de Pesaro de la résidence Fraternité que nous avons nous-mêmes constaté.

Malgré des réclamations depuis plus d’un mois auprès des gardiens et des relances téléphoniques auprès de l’ascensoriste OTIS ; un simple bouton pour le Rez-de-chaussée du panneau de commande des accès à chacun des étages n’est toujours pas remis.

Il n’y a pas de 1er étage au 52, puisque ce ne sont que de logements en duplexes.

C’est ainsi que tous les locataires ne peuvent plus accéder au Rez-de-chaussée pour sortir qu’en sortant de l’ascenseur au 2ème étage et sont obligés de descendre à pied par l’escalier de secours.

Faut-il, là aussi, faire refaire la pièce manquante en Espagne ?

Et devoir l’attendre au minimum 3 semaines ?

Si c’était le cas (ce dont nous doutons fortement), les délais minimums qu’on nous impose traditionnellement sous ce prétexte, sont déjà largement dépassés.

Les personnes à mobilité réduites et les mamans avec leurs landaus, tout comme toutes les autres, vont-elle souffrir encore longtemps des insuffisances et manques au règlement de son contrat de prestation de OTIS ?

Nous vous demandons le remboursement des charges pour ce mois de non utilisation de leur ascenseur, pour les locataires du 52, Bd de Pesaro.

Nous vous demandons également d’appliquer des frais de pénalité pour non respect de son contrat d’entretien à l’entreprise OTIS.

Les locataires seraient  désolés de devoir être contraints de  faire valoir leurs droits auprès du Tribunal d’Instance.

Dans  le même ordre, l’ascenseur KN142 du 60, Boulevard de Pesaro, à l’ouverture et à la fermeture de ses portes du rez-de-chaussée, qui fait entendre un gros bruit métallique très bruyant et insupportable pour les nerfs et le sommeil des locataires.

Là aussi, malgré de nombreuses relances auprès de OTIS, la situation perdure depuis plusieurs semaines.

Aussi, nous vous prions de bien vouloir user de votre autorité auprès de cette entreprise prestataire de Hauts-de-Seine Habitat, pour qu’elle respecte dans des conditions normales son contrat d’entretien.

Bien cordialement.

Christian-Paul   LAÎNÉ

 

**********

Suite de cette demande :

Bonsoir, Messieurs.

 

Les locataires et leur Association CGL des résidences Fraternité et Égalité, vous remercient d’avoir répondu rapidement à leurs demandes de réparations des ascenseurs de la résidence Fraternité aux numéros 52 et 60 Boulevard de Pesaro.

Au 52, Boulevard de Pesaro ; le bouton manquant depuis 1 mois a enfin été réinstallé.

Au 60, Boulevard de Pesaro ; l’ascenseur  KN 142 à la porte du rez-de-chaussée si bruyante, est maintenant redevenue silencieuse.

Alertés par nos soins, d’autres locataires du 62, Boulevard de Pesaro ont signalé au gardien, Monsieur Malik HAOUAT que le tableau des boutons de commande de l’ascenseur KN 136 était ouvert et avait des fils électriques à demi arrachés.

Monsieur  Malik HAOUAT est immédiatement intervenu auprès des réparateurs de OTIS qui étaient venus réparer les autres ascenseurs.

Par ces interventions conjuguées de l’association, des locataires, et celle du gardien (avec le soutient de vos accords), cet ascenseur dangereusement dégradé a été rapidement réparé.

Nous remercions tous les locataires citoyens et les professionnels de la Direction de Proximité de Nanterre de HDS Habitat de nous permettre modestement de contribuer activement et concrètement à l’amélioration de la vie des locataires de nos deux résidences.

Bien cordialement.

Christian-Paul   LAÎNÉ

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)

 


Rénover les attaches des barres d’appui des balcons

2 août 2018

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Monsieur Damien VANOVERSCHELD

Directeur général de Hauts-de-Seine Habitat

45, rue Paul Vaillant Couturier

92532 Levallois-Perret Cedex

 

 

Monsieur Le Directeur,

Nous sommes de plus en plus sollicités par certains locataires qui tremblent que les barres d’appuis de leurs balcons cèdent et tombent dans le vide. (Comme ici Madame E. V. – Résidence Fraternité – 52, Boulevard de Pesaro 92000 Nanterre -)

Les attaches de nombreuses barres sont aujourd’hui, si rouillées et si peu solides, qu’il est à craindre qu’une tempête puisse les arracher ! Voyez les photos jointes.

Nous n’exagérons pas, et envisageons de les faire expertiser par les compagnies d’assurance de nos logements.

Si les barres venaient à tomber, cela pourrait entraîner dans leur chute un ou des locataires (enfants, jeunes, adultes ou personnes âgées).

Ces locataires sont placés dans des conditions menaçantes extrêmement graves mettant  leur sécurité en danger.
Les locataires ne sont pas responsables de cette situation.

Ceci est le résultat d’un non entretien des deux résidences Fraternité et Égalité par Hauts-de-Seine Habitat.

Ce non entretien dure depuis 42 ans. Oui, car, si en 42 ans il a été procédé à 2 ravalements des peintures et d’entretien des terrasses ; les attaches des barres d’appuis des balcons, elles, n’ont jamais été remplacées par des neuves !

Il en est de même pour les balcons qui se fissurent de plus en plus, en faisant apparaître les barres d’acier qui en rouillant percent au travers de la maçonnerie.

Certes, le gouvernement actuel dans son Plan National de Renouvellement Urbain, en nous déclarant être désormais en hors zone d’intervention des fonds de l’état (Le gouvernement a d’écrêté que nous ne sommes plus en Zone Urbaine Sensible) , nous a retiré à notre quartier et à nos deux résidences, les financements nécessaires aux travaux d’entretien dont nos immeubles devaient bénéficier et cela depuis le 1er janvier 2017.

Cette décision gouvernementale est injuste et dangereuse. Mais en attendant de disposer à nouveau de fonds nécessaires pour effectuer un ravalement intégral des deux résidences ; nous vous prions de bien vouloir faire procéder en urgence à la rénovation des attaches des barres d’appuis des balcons.

Un accident mortel causé par le décèlement de ces barres d’appuis des balcons, coûterait finalement infiniment plus cher à Hauts-de-Seine Habitat que l’entretien des attaches des barres d’appuis défectueuses.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos sentiments distingués.

Le Président : Christian-Paul   LAÎNÉ

.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


“L’imbécilité est ruineuse pour les fonds, la santé et la sécurité des locataires”

26 juillet 2018

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

C’est ce que nous devons expliquer aux nouveaux locataires de nos deux résidences Fraternité et Égalité.

Quand en 1976, les premiers logements ont été livrés, les locaux des poubelles se trouvaient en fonctionnement aux pieds des immeubles.

Ce qui n’était pas jeté par le vide ordures de l’étage, était transporté par le locataire dans le local de collecte des poubelles de son escalier.  Ces locaux pouvaient être fermés à clef, ou bien rester ouverts à tous, pour venir chacun y déposer ses déchets. Cela a fonctionné très bien durant de nombreuses années.

Puis l’imbécilité a frappé une première fois, car soudain il fut à la mode pour de  nombreux jeunes désœuvrés ou d’autres en colère contre notre société, de se croire permis de mettre le feu aux conteneurs des poubelles dans leurs locaux au pied de l’immeuble.

Suite à un incendie volontaire d’une voiture dans le parking automobile situé sous la résidence Égalité ; chacun s’est aperçu, qu’avant même d’être touché par les flammes de l’incendie, c’étaient les émanations de gaz toxiques générées par le feu qui risquaient de tuer très rapidement de nombreux locataires.

D’où le réflexe de protection contre les effets de l’empire de l’imbécilité ; on sortit les conteneurs des poubelles de leurs locaux aux pieds des  résidences, pour les placer dans des petits locaux construits hors des immeubles.

Puis, vint l’ère des nouvelles préoccupations écologiques avec l’organisation de la collecte du  tri sélectif par matériaux (verre, papiers et cartons, résidus de déchets alimentaires, etc.) dans des locaux appropriés pour mieux trier et collecter le contenu de nos poubelles.

Il devint évident qu’il devenait impossible de réorganiser la collecte et le tri des poubelles dans les locaux premiers.  Cela demandait de se doter d’un nouveau projet pour réorganiser par une nouvelle conception urbanistique, ces locaux poubelles.

Pour qu’un tel projet puisse se réaliser dans les meilleurs conditions pour les locataires, il fallait se doter d’un temps d’étude du projet, que ce projet puisse être financé par des subventions ou des emprunts d’état, qu’un maître d’œuvre (HDS Habitat) soit en mesure de faire réaliser le tout par des entreprises répondant à des appels d’offre, etc.

Oui, mais en attendant, il était impossible de susciter l’accumulation d’une montagne de déchets, même dans une décharge organisée au pied des résidences.

C’est pourquoi, en attendant mieux, on installa sous les fenêtres des locataires des locaux « PROVISOIRES » pour la collecte de nos poubelles. Hélas, le provisoire peut durer très longtemps.

Si vous lisez bien notre bloc-notes informatique de notre association CGL, vous verrez que nous travaillons le sujet bien avant la création même de ce bloc-notes.

Nous avons participé très activement longtemps à l’élaboration du réaménagement de nos deux résidences et en particulier celle de la résidence Égalité. Nous avons publié un article le 2 novembre 2016 que vous pouvez retrouver en cliquant sur ceci : https://frategal.wordpress.com/2016/11/02/premiers-element…a-partir-de-2017/

Vous y retrouverez l’une de nos revendications, (ici reprise) qui demande la constructions « d’édicules » (locaux supplémentaires accolés à l’immeuble) pour recevoir des locaux supplémentaires fermés, pour entre autres choses : aménager des locaux différenciés et cloisonnés pour landaus d’enfants, pour les vélos, pour les boîtes aux lettres‎, et des locaux pour le tri sélectif des poubelles.

Nous sommes heureux de savoir que ces nouveaux locaux sont pensés pour être mieux organisés  pour rester plus propres et plus sécurisés. Leurs fonctionnements feront vite la preuve de leur efficacité pour résoudre un nombre important de nos problèmes, dans cette phase première de la rénovation urbaine de la résidence Égalité. Ce qui apportera des bénéfices d’expériences positives, pour ensuite réaliser en mieux la phase 2 avec la rénovation urbaine de la résidence Fraternité.

Nous pensions pouvoir nous réjouir, être heureux, car notre très long investissement pour sortir les locataires de l’enfer que nous font subir ces poubelles extérieures en nourrissant une nombreuse population de rats, semblait aboutir. Ce projet réalisé, allait enfin avec ces nouvelles constructions nous mettre sur le chemin de notre libération …

Et puis, patatras, le gouvernement d’Emmanuel MACRON, et Édouard Philippe, nous retire les financements de l’État. Nos projets s’arrêtent brusquement ! On nous  abandonne notamment à « la non gestion contrôlée de nos poubelles ». Nous sommes condamnés à un provisoire qui peut durer l’éternité, à subir les odeurs des poubelles pourrissantes, dégageant tout l’été sous nos fenêtres, ces gaz nocifs !

Nous sommes, dès lors, livrés à subir la profanation sans vergogne de nos sacs poubelles par des étrangers qui tous les jours pour chiner  quelques récupérations, éventrent nos sacs à déchets en les étalant partout au sol,  sous le soleil et les intempéries !

Ensuite, certains locataires n’osant plus s’approcher de ces sacs éventrés autour des bennes à ordures, déposent à côté des bennes leurs sacs de déchets, en agrandissant l’espace de la lutte et du désordre.

Naturellement, tout ceci attire une prolifération exponentielle des populations de rats !

Alors, en attendant d’obtenir à la résidence Fraternité la création d’édicules adaptés pour absorber proprement et efficacement tous nos déchets ; que faire ?

Nous ne voyons qu’une solution : remettre le stockage des poubelles dans les anciens locaux en les fermant à clef. Comme ce que nous avons obtenu pour le local provisoire au pied de la résidence Égalité : les portes fermées doivent disposer de trappes à bascules s’ouvrant au-dessus de conteneurs à poubelles. Ceux-ci, seulement accessibles aux gardiens pouvant les sortir pour les amener au camion des éboueurs.

Mais il faut aussi renforcer la sécurité anti incendie de ces locaux par l’installation de buses à pulvérisation d’eau se déclenchant automatiquement en cas de début de feu.

Cela fait des années que nous demandons qu’on nous équipe de poubelles enterrées.

Là au moins, il est impossible d’y mettre le feu.

Hélas, cela réclame d’investir dans des camions spécifiques (qui coûtent malheureusement très cher) pouvant mécaniquement « déterrer » ces poubelles quand elles sont pleines.

Il faut que ces très gros camions puissent circuler autour de nos résidences pour venir extraire ces poubelles.

Ces poubelles enterrées ne pourraient être installées que lorsque tout le réaménagement permettant à ces camions de circuler autour et à l’intérieur du quartier et de nos résidences, sera complètement réalisé.

Autre problème vécu partout où l’on installe des poubelles enterrées : nombre de locataires refusent de faire le moindre effort pour ouvrir la trappe de la poubelle enterrée et posent leurs sacs poubelles au pied du conteneur enterré.

Pour y répondre, la seule solution efficace connue  et qui se développe de plus en plus en France ces derniers temps,  consiste à faire assermenter par l’État, des inspecteurs de l’Office, pour qu’ils puissent distribuer des PV aux contrevenants. Dans ces conditions, les incivilités baissent immédiatement en moyenne de 40 à 70% !

C’est triste, mais avant que « le savoir vivre de tous », n’efface les ravages de trop d’incivilités de locataires jeunes, ou adultes, ou vieux ; nous auront encore beaucoup d’occasions de nous désespérer de pouvoir améliorer plus significativement  la vie des gens de nos résidences.

Pour autant, il n’est pas question pour les membres de notre association CGL de baisser les bras. Nous nous battrons jusqu’au bout de nos forces.  C’est pourquoi, nous avons rédigé cette note, afin que chacun puisse mieux comprendre les véritables enjeux et mieux défendre les intérêts des locataires.

 

Christian-Paul   LAÎNÉ

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Ciné sous les étoiles à Nanterre

26 juillet 2018

 

En partenariat avec le cinéma Les Lumières,

5 séances de cinéma en plein air  gratuites !

Les prochaines séances : vendredis 27 juillet et 3, 10 et 17 août à 22h30

 

Vendredi 27 juillet

 

A 22h, stand-up et poésie :

Un jour, ils ont pris leur stylo pour oser écrire leurs rêves, leurs espoirs, leurs révoltes, leurs amours… et maintenant ils jouent et chantent. Rendez-vous avant la projection du film pour écouter des jeunes du quartier du Parc et du Petit Nanterre dans des saynètes de théâtre forum. Un spectacle proposé par de jeunes talents Nanterriens avec le Théâtre par le bas, les clubs de prévention du GAO et des Quatre Chemins.

 

A 22h30, Comme des bêtes

Un film d’animation de Yarrow Cheney et Chris Renaud (2016)

Ce dessin animé nous dévoile la vie secrète que mènent nos animaux domestiques une fois que nous les laissons seuls à la maison pour partir au travail ou à l’école.

Kiosque de verdure – Esplanade Charles-de-Gaulle – RER A Nanterre-Préfecture

+ d’info, suivez le lien : L’agenda de l’été à Nanterre – 39 92

Retrouvez l’ensemble de la programmation ci-joint.

N’hésitez à relayer ce message !

Mohamed MAHAMMEDI

Coordinateur – Agent de Développement Local

Quartier du Parc – Direction de la Vie Citoyenne

01.55.91.96.47 / 06.15.65.69.21

mohamed.mahammedi@mairie-nanterre.fr

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)


Un étrange boîtier électrique à la porte cassée, au 19ème étage du 60 Bd de Pesaro

22 juillet 2018

 

Les locataires du 19ème étage et certains de leurs voisins des étages inférieurs, se plaignaient qu’un locataire ait dans le couloir le boîtier de son compteur électrique cassé et grand ouvert.

C’est curieux qu’un locataire retrouve son boîtier déporté ainsi dans le couloir ?

Il y a sans doute une raison. Mais en attendant de mieux comprendre ; on ne pouvait pas laisser ce boîtier dans cet état.

Les voisins de ce locataire nous ont sollicité, car, ils jugeaient la situation dangereuse au cas ou une main maladroite ou une autre malveillante, devant ce boîtier constamment ouvert, ne déclenche un court circuit et provoque un incendie  pouvant s’étendre à toute la résidence Fraternité.

Nous avons donc demandé à  Monsieur Mohamed SELMET de bien vouloir faire réparer en urgence ce boîtier et d’y faire poser un gros cadenas, bien solide.

Ce qui fut fait promptement.

Cela offrit un gros soulagement attendu par les voisins.

C’est seulement après, que nous avons compris qu’il ne s’agissait pas du boîtier d’un locataire ; mais celui des fusibles des antennes téléphoniques de l’entreprise Orange qui a placée ses relais sur le toit du 60, Boulevard de Pesaro.

Si notre méprise fut jugée après coup très amusante ; les interventions de chacune et de chacun, furent autant justifiées qu’efficaces.

Pour lire les articles des mois et années précédents, cliquez tout en bas de la colonne de droite sur ARCHIVES —)